Le territoire: toute l’Afrique dans un seul pays

Le Cameroun est situé en Afrique Centrale, au fond du golfe de Guinée.Il est limité au Nord par le Tchad, à l’Est par la République Centrafricaine, au Sud par le Congo, le Gabon et la Guinée Equatoriale, à l’Ouest par le Nigéria.

Le Cameroun a une grande diversité géographique caractérisée par la forêt, la savane et les montagnes ainsi qu’une population composée de plus de 240 groupes ethniques.

Sa diversité géographique et culturelle a conduit le Cameroun a être souvent referré comme étant« l’Afrique en miniature » ou « toute l’Afrique dans un seul pays ». Cette  diversité  géographique se caractérise par une grande variété de végétations :

  • au nord-ouest, une longue chaîne volcanique s’étend à la suite du Mont Cameroun (4 070 m), qui domine la côte atlantique.
  • à l’ouest, collines boisées.
  • au centre, pâturages d’altitude dans le massif de l’Adamaoua qui culmine à 2500 m.
  • au nord, végétation et paysages de savanes ainsi qu’une chaîne de montagnes (monts mandaras) à la frontière nigériane .
  • au sud, forêt tropicale et marécages.
Le relief

On peut distinguer 3 grands ensembles :

  • Les basses terres : la cuvette de Manfé, la cuvette de la Bénoué et la plaine du nord.
  • Les plateaux : surtout Sud-camerounais avec une altitude moyenne de 650 m et le plateau de l’Adamaoua qui est un horst du socle, culminant à 1100 m d’altitude en moyenne;
  • Les hautes terres : il s’agit des hautes terres de l’ouest qui est un bloc du socle soulevé et recouvert d’épanchements basaltiques disposées en lignes appelé la Dorsale Camerounaise. Les plus hauts reliefs vont de 1500m à 4000m et les sommets les plus connus sont les monts Mandara, Alantika, et les massifs du mont Oku, des Bamboutos, du Manengouba et du mont Cameroun.
Le climat

Le climat du Cameroun est aussi varié avec en moyenne 25°c au Sud et 32°c au Nord :

  • Au Sud, on a un climat plutôt équatorial. La ville de Douala a un climat très chaud et très humide toute l’année et ne connaît pas trop de saison sèche. Il y a en principe deux saisons des pluies et deux saisons sèches.
  • Au Nord, à partir de N’Gaoundéré et plus on se rapproche du Tchad, plus le climat devient sec. NGaoundéré est assez tempéré puisqu’en altitude et par contre Maroua est très chaud. Il n’y a qu’une saison des pluies et qu’une saison sèche.
  • Dans les zones de montagnes à l’Ouest, la température varie selon l’altitude et devient plus fraîche.
Les régions

Le Cameroun est un pays qui compte plusieurs grandes villes parmi lesquelles YAOUNDE, la capitale politique du pays qui compte plus d’un million d’habitants, DOUALA, la capitale économique compte plus de deux millions d’habitants. Ensuite viennent des villes comme GAROUA, BAFOUSSAM, MAROUA, BAMENDA, … qui sont d’importants centres urbains. Le pays est divisé en 10 provinces administratives :

  1. Région de l’Adamaoua
  2. Région du Centre
  3. Région de l’Est
  4. Région de l’Extrême-Nord
  5. Région du Littoral
  6. Région du Nord
  7. Région du Nord-Ouest
  8. Région de l’Ouest
  9. Région du sud
  10. Région du sud-ouest

Apprenez-en plus sur « le Cameroun – toute l’Afrique dans un seul pays » en visitant le site:
www.cameroun-infotourisme.com

La population: une extraordinaire mosaïque de peuples

La population camerounaise est composée d’une mosaïque d’ethnies (plus de 200), dont les plus connus sont :

  • Au Nord, les Arabes Choa, des populations de type soudanien et les Foulbé.
  • A l’Ouest, les Bamilékés et les Bamouns, les deux grosse ethnies de l’Ouest.
  • Dans la région du sud forestier, des Bantou d’origine très diverses tels que les Douala, Bassa, Bafia puis des tribus du groupe Fang, Boulou, Ewondo, Eton.
  • Quelques chasseurs pygmées dans les contrées forestières les plus isolées, souvent marécageuses.
Les langues

La population est bilingue, majoritairement francophone, et compte 20% d’anglophones vivant dans la partie ouest autrefois sous administration britannique. Elle est estimée à environ 16 millions d’habitants, inégalement répartis sur le territoire avec une densité inférieure à 10 hab./km2 au sud-est, mais supérieure à 100, avec des pics à 200, dans les provinces de l’ouest. 56% de la population a moins de 20 ans et environ 50% de la population camerounaise vivent en milieu urbain,dont la moitié dans les deux plus grandes villes du pays que sont Douala, la capitale économique (près de 2 millions d’habitants) et Yaoundé, la capitale administrative (près de 1 million d’habitants). Les autres villes importantes sont Maroua, Garoua, Bafoussam, Bamenda et N’Gaoundéré qui dépassent les 100 000 habitants.

Les réligions

Le Cameroun est un état laïc. Deux principales religions y sont pratiquées : le Christianisme et l’Islam. On note aussi la pratique de l’Animisme par de nombreuses populations.

L’Eglise Catholique avec 2.7 millions de fidèles, est la principale force religieuse du pays. Les diverses confessions chrétiennes représentent d’autre part 1 million d’habitants. L’Islam avec environ 1.5 million de pratiquants est principalement implanté dans le Nord et l’Ouest (pays Bamoun). Le reste de la population (soit 45%) est resté attaché aux pratiques animistes.

Fêtes religieuses :
Vendredi Saint, Pâques, Ascension, Pentecôte, Assomption, Noël, fin de Ramadan, fête du mouton.

Fêtes légales :
Jour de l’An, fête de la Jeunesse (11 Février), fête du Travail le 1er Mai, Fête nationale le 20 Mai.

Histoire

500 avant Jésus-Christ: L’explorateur Hanno de Carthage en Afrique du Nord (Tunisie) est le premier étranger qui rapporte avoir vu le Mont-Cameroun. Dans les siècles suivants un commerce d’esclaves et marchandises se développe au nord Cameroun à travers le Sahara à Afrique du Nord.

200-100 avant Jésus-Christ: Les premières tribus Bantu immigrent au nord Cameroun à partir du Nigéria. Ces tribus sont constituées traditionnellement d’agriculteurs et ont besoin de beaucoup d’espace de terrains agricoles. Les premiers habitants, les pygmées, sont forcés progressivement repoussés plus profondément dans les forêts par les nouveaux venus. La culture Sao se développe dans le sud de région de Lac le Tchad et plus de 150 groupes ethnies différentes habitent le Cameroun (Aujourd’hui c’est approximativement 250 groupes ethniques différents!).

Les Européens arrivent

1472: L’expédition Portugaise conduite par Fernando Pô constitue les premiers Européens à rejoindre la côte de Cameroun. Ils atteignent Douala par la Rivière Wouri. Ils la baptisent Rio dos Camarões (la Rivière des Crevettes), il en résulte le nom donné au pays. Avec l’arrivée d’Européens, la traite des esclaves et les activités commerciales se déportent du centre aux régions Côtières. Le pouvoir des Chefs locaux augmente en faisant des accords avec les Portugais. Les affaires sont aussi menées à bien avec des négociants d’Angleterre, la Hollande, la France et l’Allemagne. Les Chefs servent d’intermédiaires entre les Européens et les tribus de l’intérieur qui ont quelque chose à vendre. Principalement, les esclaves et l’ivoire sont exportés du Cameroun. Les Européens vendent du tissu et des produits en métal.

1520: Quelques colons Portugais commencent des plantations et le commerce Trans-Atlantique d’esclaves. Les Nomades pastoraux immigrent encore du Nigeria et repoussent encore un peu plus les indigènes. Les guerres constantes pour acquérir le territoire génèrent des réfugiés qui vulnérables et à la merci des négociants d’esclaves.

1600: Les hollandais prennent le relais sur le commerce des esclaves au Cameroun.

1700: Les missionnaires britanniques commencent à protester contre le commerce des esclaves. Les Missionnaires Baptistes de Londres créent une colonie chrétienne à Victoria (Aujourd’hui: Limbe). Les premiers ressortissants de Limbe sont libérés de l’esclavage à partir de la Jamaïque, du Ghana et du Libéria. Aussi des Africains convertis au Christianisme s’installent Victoria.

Alfred Saker et la fin de l’esclavage

1863: L’esclavage est aboli en Amérique. Les nations européennes l’avaient fait plusieurs années plus tôt, mais le commerce illégal des esclaves s’est poursuivi plusieurs années durant.

1845: Le commerce entre Cameroun et l’Europe change progressivement et se développe. Le premier complexe commercial européen d’envergure est fondé par l’ingénieur de la marine anglaise, le missionnaire Alfred Saker. Ce dernier commence à construire des écoles et des églises à Douala à l’embouchure du Wouri. Lorsque l’esclavage disparaît finalement, des changements sur les pratiques commerciales sont observés ; le commerce concerne désormais les ressources naturelles comme l’huile de la palme, l’ivoire et l’or. Les Européens commencent à se déplacer plus profondément à l’intérieur du pays. Les chefs Douala perdent graduellement leur influence. Informé de la mise en place à Lagos d’une représentation britannique, le Roi de Douala Manga Bell écrit à la Reine Victoria, invitant l’Angleterre à établir des relations officielles avec Douala. On note la présence anglaise au Nigeria, en Afrique de l’est et ailleurs dans le monde. Les anglais sont peu disposés à faire du Cameroun un protectorat britannique. Comme résultat des hésitations britanniques, les allemands s’emparent de ce territoire.

Le Kamerun – colonie allemande

Le 12 juillet 1884: Gustav Nachtigal signe un traité avec les Chefs de Douala de la part du Kaiser allemand Wilhelm. En échange d’avantages commerciaux, les chefs acceptent un protectorat allemand.

1886: Le pouvoir colonial européen se partage l’Afrique lors de la conférence de Berlin. Les Européens tracent de nouvelles frontières pour le continent africain tout entier, sans tenir compte des différences culturelles et linguistiques des habitants.

1885: Le baron Von Soden devient gouverneur de la nouvelle colonie allemande: « Kamerun ». Sa plus grande tâche porte sur la lutte contre des tribus rebelles à l’intérieur du pays.

1888: L’explorateur Georg Zenker instaure le règlement allemand dans les montagnes au centre du Cameroun ; c’est comme cela que naîtra plus tard la capitale Yaoundé.

1907:Le deuxième Gouverneur allemand, Von Puttkamer, construit une voie ferrée dans le pays. Avec le travail forcé, il commence aussi à développer la colonie avec des routes, des écoles et des hôpitaux. La ville majeure passe le nom de Kamerunstadt à Douala. Les Allemands éprouvent de considérables difficultés pour mettre en vigueur leur autorité sur la colonie. En premier, ils laissent pour une grande part l’administration locale aux compagnies commerciales.
1914:Le Chef Rudolph Douala Manga et l’officier militaire Martin Paul Samba, deux premiers nationalistes qui résistent au pouvoir allemand, sont exécutés.

Le Cameroun français et anglais 1916-1960

Quand la Première guerre mondiale se déclenche en 1914, en impliquant la France et la Grande-Bretagne contre Allemagne, les deux colonies allemandes sur le Golfe de Guinée sont dans une situation inconfortable. Le Togo et le Cameroun sont intercalés entre les colonies Anglaises et françaises, au début des premières semaines de la 1ère guerre mondiale et l’action militaire commence sur leurs frontières. Très tôt en 1916, les Anglais et le français contrôlent les deux colonies allemandes. Les deux alliés se partagent le Togo et le Cameroun, en administrant les régions adjacentes à leurs propres colonies. Dans le Traité de Versailles, en 1919, l’Allemagne renonce à la souveraineté sur toutes ses colonies africaines. La Société des nations tranche sur la question de savoir qui va gouverner ces territoires. Les mandats accordés par la Société des nations en 1922 confirment déjà la division de fait établie au Cameroun entre la Grande-Bretagne et la France. Les Anglais administrent la plus petite part qui consiste en deux bandes minces sur la frontière de l’est de Nigeria. Elles sont séparées par un étirement de terre au sud de la rivière Benoué et la frontalière de l’est nigérian. Ces deux régions sont connues comme le Cameroun britannique.

Sur le côté français, la grande région de l’est cédée en 1911 est rendue à l’Afrique Équatoriale française. Le territoire central restant devient un nouveau territoire français : c’est le Cameroun français qui connaît un développement économique et politique plus rapide que le Cameroun britannique. Il fait face plus tôt aux effets des mouvements d’indépendance qui balaient le continent après la seconde guerre mondiale. Dès 1956 les Français sont confrontés à un soulèvement puissant orchestré par un parti nationaliste, l’UPC (Union des Populations du Cameroun), qui demande l’indépendance immédiate. Le soulèvement est réprimé par les troupes françaises. Quand l’indépendance est accordée en 1960 – après que Cameroun ait voté pour demeurer dans la Communauté française – le parti au pouvoir (l’Union Camerounaise, fondé en 1958 par Ahmadou Ahidjo) est en faveur du maintient d’un lien privilégié avec France.

Pendant ce temps, la France accorde l’indépendance au territoire sous sa tutelle. C’est la naissance de la République Cameroun, alors que le problème de l’avenir du Cameroun britannique se pose : soit il sera rattaché avec Nigeria (maintenant au bord de son indépendance) ou avec la République du Cameroun indépendante. La question est mise à un référendum en 1961. La région du nord vote pour joindre la Nigeria. La région du sud opte pour la République Cameroun qu’il joint sur une base fédérée. La nouvelle nation devient la République Fédérale du Cameroun.

République unie de Cameroun

Le 20 mai 1972: La structure fédérale est dissoute et une nouvelle constitution est faite avec la création de la République Unie de Cameroun. Novembre, 1982: Ahidjo pose sa démission comme président. Le Premier ministre de 49 ans, Paul Biya, prend le pouvoir et devient le 2nd président du Cameroun. Undécret présidentiel de 1984, remplace la République unie du Cameroun par la République du Cameroun.

Tourisme: une destination de choix offrant de nombreuses attractions touristiques

Le Cameroun répond, de loin, aux envies et aux attentes des visiteurs. Le Cameroun privilégie la nature sauvage avec des phénomènes uniques au monde. Donnant la possibilité de combiner à loisirs, tourisme de plage et éco-tourisme.

Les « Plus Touristiques »

Situé à la charnière de l’Afrique Occidentale et Orientale et s’étirant du fond du golfe de guinée jusqu’au Lac Tchad, le Cameroun offre des spécificités touristiques que l’on ne regroupe nulle part ailleurs en Afrique dans un même pays : Relief, climat, faune et flore, peuples et traditions.

Cette particularité permet au Cameroun de développer tout au long de l’année plusieurs types de tourisme différents :
Tourisme balnéaire, tourisme de montagne, tourisme de congrès et d’affaires, tourisme de safari et de chasse, éco-tourisme et tourisme culturel.

Mer et plage

le tourisme Balnéaire :
Les 400 Kms de côte Atlantique du littoral camerounais sont propices au tourisme balnéaire dont les principales attractions sont des baies pittoresques, des plages naturelles et sablonneuses, des îles, des végétations de mangrove et des chutes se jetant directement dans la mer.

PECHE AU LARGE DES PRINCIPALES VILLES COTIERES

Pratiquée de manière artisanale ou industrielle et ouverte à tout amateur de pêche hauturière. Les nombreux fleuves qui irriguent le Cameroun constituent un réservoir d’espèces rares et abondantes qui donnent un caractère tout particulier à la pêche.

Safari et chasse

Tourisme de Safari et de Chasse.

Le Cameroun compte sept parc nationaux dont le plus intéressant et le mieux aménagé est le parc de Waza dans l’Extrême Nord. Ces parc possèdent un important effectif d’animaux représentatifs de la faune africaine (éléphants, lions, girafes, rhinocéros noirs, panthères, buffles, antilopes, hippopotames, hyènes, gorilles, damalisques, guépards, etc). Indépendamment des parcs nationaux où il est interdit d’abattre des animaux, il existe au Cameroun septentrional quatorze zones de chasse comportant plus de 500 kilomètres de pistes carrossables entretenues. Dans le domaine du tourisme de Safari, le Cameroun, en Afrique Occidentale et Centrale, vient en tête grâce à une meilleure mise en valeur de ses parcs et ses réserves de faune (Boubandjida) dans l’Adamaoua.

L’éco-tourisme

L’intégration des préoccupations de préservations de l’environnement dans les projets d’aménagement touristique a conduit au classement et à la protection de certains sites naturels à des fins scientifiques, écologiques et touristiques. On peut citer notamment :

  • LE PARC NATIONAL DE KORUP qui recèle des espèces végétales vieilles de plusieurs millions d’années.
  • LA RESERVE DE DJA, classée patrimoine de l’humanité par L’UNESCO.
  • LE MONT CAMEROUN, haut de 4.070m où a survécu une flore datant du quaternaire est classé site international pour l’ascension. Site écologique remarquable, il fait l’objet d’un vaste projet de valorisation par une O.N.G allemande « GTZ ». Un volcan encore en activité dont la dernière irruption date de mars 2000. Le site bénéficie d’une pluviométrie très élevée (plus de 15m) à Cap Debunscha.
  • LES SITES DE MAYO-REY portent encore des empreintes fossilisées de dinosaures.
Le Tourisme Culturel

La population camerounaise est une mosaïque de près de 200 groupes ethniques aux coutumes et traditions différentes dont les modes de vie traditionnels subsistent encore avec, au Nord et à l’Ouest, la conservation intacte des chefferies traditionnelles.

Le Tourisme culturel tire sa richesse :

  • De la diversité présentée dans l’art de vivre, le folklore, la religion, l’habitat et même la cuisine. Les cases Massa en forme ovale du Nord du pays sont uniques au monde.
  • D’un artisanat développé, D’un patrimoine historique également très riche (monuments et vestiges) auquel il convient d’ajouter le bilinguisme français et anglais des camerounais.
Le tourisme de montagne

Le Mont Cameroun, qui surplombe la côte ouest, le Mont Manengouba, à la charnière du Cameroun francophone et du Cameroun anglophone, et le centre climatique de Dschang, bâti sur un plateau s’élevant à 10.800 m au dessus de la mer, constituent les hauts lieux du tourisme de montagne.

Le microclimat de Dschang offre l’un des meilleurs lieux de relaxation du Cameroun.

Tourisme de Congrès et d’Affaires

Les grandes villes de Yaoundé et de Douala, avec leurs infrastructures de standing international (palais de congrès, aéroports internationaux, hôtels de classe internationale) constituent les principaux pôles de développement du tourisme de congrès et d’affaires.

Source: Présidence de la république du Cameroun