REPONSE DU GOUVERNEMENT CAMEROUNAIS AUX AFFIRMATIONS INFONDEES ET OUTRANCIERES CONTENUES DANS LE RAPPORT DE L’ONG HUMAN RIGHTS WATCH, PUBLIE LE 25 FEVRIER 2020 [French]

#COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE#
REPONSE DU GOUVERNEMENT CAMEROUNAIS AUX AFFIRMATIONS INFONDEES ET OUTRANCIERES CONTENUES DANS LE RAPPORT DE L’ONG HUMAN RIGHTS WATCH, PUBLIE LE 25 FEVRIER 2020

Yaoundé, 27 février 2020

Mesdames, Messieurs,
L’Organisation Non Gouvernementale dénommée « Human Rights Watch » a publié le 25 février 2020, un rapport manifestement partial et essentiellement à charge, contre les Forces Nationales de Défense et de Sécurité, intitulé : «Cameroun : Massacre de civils dans la région séparatiste.»
Dans ledit rapport, il est fait état, une fois encore de façon totalement infondée, « du meurtre de vingt-une personnes civiles dont une femme et treize enfants, dans une attaque armée menée le 14 février 2020, dans la localité de Ngarbuh, Département du Donga-Mantung, Région du Nord-Ouest.»
En outre, les Forces Nationales de Défense et de Sécurité y sont accusées d’avoir « incendié cinq maisons et commis de nombreux pillages et autres passages à tabac des populations, accompagnées en cela par plusieurs membres de l’ethnie peule Mbororo.»
Le Gouvernement de la République rejette en bloc les allégations contenues dans ce rapport de « Human Rights Watch », et rappelle à l’intention de la communauté nationale et internationale, qu’à la suite de l’incident survenu à Ngarbuh, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, SON EXCELLENCE PAUL BIYA, a prescrit une enquête, en vue de clarifications approfondies de tous les aspects liés à cet incident.
Alors que l’enquête est en cours,… [LIRE L’INTEGRALITE DE LA COMMUNICATION]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *